• Saviez-vous que vous aviez un superpouvoir?

    Par Nicolas Harton

    Il nous arrive tous de nous sentir stressés quand nous avons à parler en public ou lorsque nous avons à prendre la parole pour livrer un message important. Saviez-vous que votre outil le plus simple, mais le plus puissant est… VOTRE SOURIRE?! Eh oui, un simple sourire peut s’avérer être un remède des plus efficaces à vos maux. Voici 3 façons d’utiliser ce superpouvoir.

    1-  Souriez avant d’entrer « en scène » pour vous relaxer

    Vous devez faire un pitch? Présenter une conférence? Livrer une formation? Ou tout simplement faire un appel important? Le stress vous envahit et vous avez peur de perdre vos moyens? Souriez! Pourquoi? Parce que vous envoyez ainsi un message positif à votre cerveau en lui disant que « tout va bien », et il vous croit…

    En d’autres mots (plus scientifiques), des recherches ont démontré que le simple fait de sourire peut contribuer à diminuer le niveau d’hormones du stress (cortisol, adrénaline, dopamine), à augmenter le niveau d’hormones qui améliorent l’humeur (endorphine) en plus de diminuer globalement la tension artérielle. Bref, sourire est bon pour la santé, mais surtout, ça vous place dans de bonnes dispositions pour affronter ces situations stressantes. Essayez-le!

    2-  Souriez à votre auditoire/interlocuteur pour créer un lien de confiance quasi instantané

    Sourire est contagieux! Quand vous croisez quelqu’un dans la rue, si vos regards se rencontrent et que vous souriez à cette personne, je vous parie qu’il y a de très fortes chances qu’elle vous sourit en retour, même si elle ne vous connaît pas. Je le fais souvent, et ça marche. C’est la même chose quand vous vous retrouvez dans un contexte où vous livrez votre message à quelqu’un ou à un auditoire.

    Débutez en regardant droit dans les yeux de l’autre, puis souriez. Aussitôt, cela créera une connexion inconsciente que l’autre personne ressentira. Ce qui l’amènera, par la loi de la réciprocité, à vous sourire en retour (de façon plus ou moins perceptible pour vous). Voilà un moyen fort simple, mais efficace, d’entrer en relation avec votre public et de lui donner confiance en vous.

    3-  Souriez et vous serez plus compétent…

    Une étude menée à l’Université de Penn State a montré que quand nous sourions, nous n’avons pas seulement l’air plus aimable et courtois, mais nous apparaissons aussi plus compétents aux yeux des gens. Ce n’est pas moi qui le dit! Bien sûr, vous le savez très bien, vous, que vous connaissez et maîtrisez votre sujet! Mais si vous souriez lorsque vous en parlez, votre auditoire vous percevra, lui aussi, comme étant compétent dans votre domaine. Wow! Pourquoi s’en priver? Ça coûte beaucoup moins cher qu’un diplôme! Blague à part, comme la perception  peut avoir encore plus d’impact que la réalité, je crois qu’il ne faut pas négliger un tel élément.

    Il ne vaut donc vraiment pas la peine de se passer d’un « outil » aussi simple. Un outil qui se trouve à votre portée et qui vous confère tant de superpouvoirs! Prenez conscience de votre tendance à sourire et si cela est possible, n’hésitez pas à sourire davantage au monde, car le monde vous sourira en retour!

    Si vous avez aimé le contenu de cet article, je suis convaincu que vous aimerez aussi la conférence TED de Ron Gutman : « Le pouvoir secret du sourire », qui est d’ailleurs l’une des sources de cet article.

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 973
  • Les attitudes du communicateur futé: l’ÉCOUTE

    Par Mélissa Lapierre

    On entend souvent que l’écoute est une composante essentielle (si non la première composante) de la communication. Et je suis d’accord. Une communication réussie passe nécessairement par votre capacité à vous rendre disponible à l’autre et à l’écouter activement et véritablement. Mais comment cultiver cette attitude si chère au communicateur futé? Et comment savoir si vous écoutez vraiment?

    Écouter, c’est être disponible

    J’aime beaucoup cette définition : « Écouter, c’est se rendre disponible physiquement, intellectuellement et affectivement pour percevoir, dans un esprit de bienveillance et d’ouverture, les informations verbales et non verbales provenant de l’interlocuteur. »

    Il est démontré que les professionnels, comme les thérapeutes, les représentants aux ventes, les chargés de projet ou les avocats, qui possèdent la faculté de comprendre le besoin exprimé par l’autre – avec les mots et en dehors des mots – sont ceux qui réussissent le mieux en attirant et en fidélisant davantage de clients.

    Comment y arriver? Pas de panique. Bien écouter, ça s’apprend! Ça se peaufine avec le temps, pour peu qu’on ait envie de développer et de cultiver cette faculté.

    Comment savez-vous qu’on vous écoute vraiment?

    Pour amorcer la réflexion sur votre propre capacité d’écoute, il est intéressant de vous poser d’abord la question : quand vous discutez avec une personne, qu’est-ce qui vous fait sentir qu’on vous écoute? Est-ce le regard de l’autre personne? Sa capacité à renchérir habilement sur vos propos? Comment vous-sentez-vous lorsque vous vous sentez écouté? Appréciez-vous cette personne? Avez-vous envie de poursuivre la discussion? Avez-vous le sentiment d’être compris?

    En remarquant les attitudes d’une personne qui vous écoute véritablement, vous serez plus à même de comprendre les mécanismes subtils de l’écoute active, afin de pouvoir les reproduire et les intégrer à votre façon de communiquer.

    Voici maintenant quelques outils pratiques pour vous aider à développer votre écoute et ainsi améliorer l’impact de vos communications.

    Outil #1 : les questions

    L’outil le plus classique pour développer l’écoute est sans contredit : la question. Analysez-vous en contexte de communication (avec un collègue, un partenaire d’affaires ou une équipe de collaborateurs) : posez-vous souvent des questions pour obtenir l’avis ou les impressions de l’autre? Remarquez aussi votre attitude lorsque l’autre vous répond : pensez-vous à votre propre réponse ou à votre prochaine question? La technique des questions est efficace pour ouvrir le dialogue et démontrer à l’autre personne que vous êtes disponible pour elle, mais vous devez pour cela être disposé à écouter l’autre (tout revient à cela!). Exercez-vous : posez des questions plus souvent et pratiquez-vous à écouter – réellement – les réponses.

    Outil #2 : la validation

    Vous croyez avoir compris? Vous pourriez être surpris… Validez de façon ponctuelle votre compréhension afin d’éviter des confusions. Comment valider votre compréhension? Vous pouvez, par exemple, reformuler ce que votre interlocuteur vient de vous dire ou reformuler le sentiment qu’il ou elle vous a exprimé. Par exemple : « Si je comprends bien, Juliane, tu aimerais que je puisse t’aider dans l’élaboration de ta prochaine présentation d’affaires, c’est exact? » La technique fonctionne aussi en sens inverse : vous pourriez demander à votre partenaire de reformuler ce que vous venez de lui demander.

    Outil #3 : le silence

    Le silence est presqu’un art. À une époque où tout file à vive allure et où le « bruit » est devenu une pollution, certains ont du mal à apprivoiser le silence. Il s’agit pourtant d’un outil de communication formidable. Communiquer, ce n’est pas « dire » quelque chose à tout prix. Communiquer, c’est échanger. C’est dire et écouter. C’est écouter et dire. Ne soyez pas trop pressé de parler. Laissez le temps à l’autre de réfléchir avant de s’exprimer, et de respirer entre ses idées. La communication n’en sera que plus fluide, plus sincère. Pour écouter, vous devez donc faire silence. Un silence verbal, mais un silence intérieur aussi. Car rappelez-vous qu’écouter, c’est se rendre disponible à l’autre. Ne sous-estimez jamais l’impact du silence.

    La gestuelle d’une personne qui écoute

    Une personne qui écoute activement aura souvent un regard posé, mais non insistant. Son corps sera penché vers l’autre personne, ni trop près ni trop loin. Elle hochera parfois de la tête tout en émettant quelques onomatopées du genre « Hum hum », qui signifient : « Je suis d’accord. Je t’écoute, je suis avec toi. »

    Toutefois, rien ne sert de chercher à reproduire ces « gestes » indicateurs de l’écoute. Puisqu’ils viennent d’eux-mêmes selon que vous écoutez véritablement ou non l’autre personne. Comme je le dis souvent dans mes formations et mes séances d’accompagnement privé : tout part de l’intention. Si vous entretenez l’intention sincère d’écouter l’autre, votre corps suivra. Naturellement.

    Je vous laisse sur cette règle d’or du grand Stephen R. Covey (Les sept habitudes des gens efficaces) : « Essayez d’abord de comprendre. Ensuite d’être compris. »

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 1499
  • 4 éléments clés d’un message percutant

    Par Nicolas Harton

    Vous est-il déjà arrivé d’assister à un discours, à une présentation ou à une conférence où le message transmis vous a particulièrement touché, fait réagir, inspiré? Si oui, croyez-vous que le message était improvisé? J’en doute fortement. Un message qui a autant d’impact est minutieusement élaboré et structuré à l’avance.

    Si vous souhaitez susciter des réactions, inciter les gens à passer à l’action lorsque vous prendrez la parole pour livrer votre message, il vous faudra élaborer et structurer votre contenu avant même de prononcer un seul mot. Voici donc 4 éléments clés d’un message percutant.

    1- Ayez l’objectif de votre message clairement en tête

    Avant de prendre la parole dans quelque contexte que ce soit, posez-vous les questions suivantes : « Pour quelle raison est-ce que je prends la parole? Pourquoi est-ce important pour moi de le faire? Quel est le résultat que je souhaite obtenir? ».

    Si vous n’arrivez pas à y répondre, qui d’autre le pourrait? Comment mesurer l’impact de votre message si vous ne connaissez pas l’objectif à atteindre ou la raison qui vous pousse à prendre la parole? Votre objectif est-il d’informer votre client des différents produits que vous pouvez lui offrir ou de l’encourager à se procurer l’un d’entre eux? Vous devez savoir exactement pourquoi vous prenez la parole parce que cela influencera grandement le choix des idées que vous partagerez, le choix des anecdotes que vous raconterez, les mots que vous utiliserez, etc.

    2- Sachez à qui vous vous adressez

    Vous devez évidemment savoir pourquoi vous livrez votre message, mais aussi pour qui! Pour que votre message ait de l’impact, il doit être adapté à la personne ou à l’auditoire qui le recevra. En connaissant votre auditoire, vous pouvez donner des exemples concrets liés à la réalité des participants. Les gens se sentent ainsi concernés et sont plus enclins à vous écouter.

    Avant d’élaborer votre message, demandez-vous : quel est leur besoin, quelles sont leurs difficultés, leurs défis? Est-ce que ce sont des hommes, des femmes? Quel âge ont-ils? Quelle est leur expérience? En connaissant bien vos clients ou votre auditoire, vous pourrez élaborer un message qui les touchera, eux!

    3- Captez l’attention dès les premières secondes

    Les premières secondes d’un message sont cruciales puisqu’elles amèneront l’auditoire à vous suivre ou non. Comment capter l’attention de votre public ou de votre auditoire? Vous pouvez leur poser des questions qui les amèneront à s’engager ou à s’intéresser immédiatement à votre propos. En connaissant votre auditoire (2e élément clé), vous pourrez formuler une question qui les amènera à se sentir concernés.

    Vous pouvez également énoncer une citation ou une statistique marquante. Et pourquoi ne pas débuter en racontant une courte histoire ou une anecdote traitant d’une difficulté personnelle que vous avez vécue en lien avec le sujet de votre présentation et pour laquelle vous avez trouvé une ou des solutions, que vous souhaitez partager à votre auditoire?

    4- Faites valoir les avantages et les bénéfices de votre solution

    De façon consciente ou inconsciente, chaque être humain qui se voit « sollicité » d’une manière ou d’une autre par un message se demandera ce qu’il pourra en retirer personnellement. Le fameux « What’s in it for me? ».

    Sachant cela, n’attendez pas qu’on vous demande « À quoi cela va-t-il me servir? ». Prenez plutôt les devants et adressez d’emblée les avantages de votre solution. Qu’est-ce qui vous distingue de ceux qui font la même chose que vous, par exemple? Sachez-le et mentionnez-le pour que votre message touche directement sa cible.

    Ces 4 éléments vous aideront très certainement à avoir plus d’impact lors de votre prochaine prise de parole. Faites-nous connaître vos expériences, vos résultats! Nous aimons vous lire et vous entendre!

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 1044
  • Vous manquez de confiance dans vos prises de parole? Pratiquez, pratiquez, pratiquez!

    Par Nicolas Harton

    La confiance est très certainement l’une des attitudes les plus importantes à cultiver si on veut avoir un maximum d’impact lorsqu’on a à prendre la parole pour livrer notre message dans un contexte professionnel. Évidemment, plusieurs stratégies peuvent vous permettre d’augmenter votre confiance, mais parlons aujourd’hui de la pratique!

    Pratiquez à voix haute

    Quand je dis « pratiquer », je veux vraiment dire « pratiquer ». C’est-à-dire, faire « comme si » vous étiez dans le contexte où vous aurez à le faire réellement. Disons que vous avez à livrer une conférence : vous pouvez vous installer dans votre salon avec votre ordinateur et parler devant la fenêtre du salon, de la même façon que vous le feriez devant le groupe.

    confiance prise de paroleParlez haut et fort, regardez à gauche, à droite, déplacez-vous vers les gens, faites suivre les diapositives de votre présentation, etc. Mais tout ça, exactement de la même façon que vous aimeriez le faire « en vrai ». Mettez-y du rythme, des intonations, des pauses, des rires, parce que vous risquez fortement de le faire de la même façon le moment venu. Votre corps enregistrera ce que vous lui ferez faire, alors ayez du plaisir à pratiquer!

    Pratiquez plusieurs fois

    Pratiquer une fois, c’est bien. Pratiquer deux fois, c’est mieux. Mais pratiquer plusieurs fois, c’est encore mieux! Imaginez un acteur de théâtre qui monte sur la scène après avoir pratiqué son rôle une seule fois… ouch! Je ne donne pas cher de sa peau. Dites-vous que les acteurs que vous appréciez le plus, ceux que vous trouvez le plus naturels, ont très certainement un nombre incalculable d’heures de pratique derrière la cravate. Et parlant de cravate : tout entrepreneur ou professionnel gagne également à se pratiquer à plusieurs reprises avant de faire une présentation.

    À titre d’exemple, alors que je travaillais au sein de l’équipe Entrac comme kinésiologue formateur, j’ai eu un jour à donner pour la première fois une formation de coaches en manutention de charges. Évidemment, j’ai pratiqué plusieurs fois afin d’être entièrement prêt et apte à donner la formation. Le jour venu, j’étais très confiant et en pleine possession de mes moyens. À la toute fin de la formation, l’un des participants m’a lancé : « Wow! Ça paraît que ça fait longtemps que tu donnes cette formation! »…

    Pratiquez, même si vous pensez que ça ne vaut pas la peine

    Peut-être que cela vous semble évident de pratiquer pour une conférence ou une formation, et ce l’est effectivement. Mais qu’en est-il d’une présentation à un client potentiel, d’une négociation, d’une soirée de réseautage, d’une capsule vidéo? Croyez-vous que cela vaut également la peine de pratiquer? Et comment! Toutes ces situations méritent que vous consacriez du temps à vous préparer.

    Lorsque nous avons acheté notre premier chalet, Mélissa et moi, nous avons consacré beaucoup de temps à concevoir notre proposition, mais avons surtout passé beaucoup de temps à se pratiquer à la présenter aux vendeurs. Nous avons répété la façon dont nous nous adresserions à eux et l’avons fait à voix haute. Nous imaginions les réponses ou les objections qu’ils pourraient avoir à nos propositions et nous nous pratiquions également à y répondre. Notre négociation fut un succès, mais surtout, nous nous sentions en pleine confiance!

    Si vous ne l’avez jamais essayé, je vous lance le défi de tester la pratique en vue de vos prochaines prises de parole. Je vous garantis que vous vous sentirez davantage en confiance, que vous aurez plus de plaisir et plus d’impact!

    Si vous souhaitez bénéficier d’une assistance personnelle pour vos prochaines répétitions, communiquez avec nous!

    Bonne pratique!

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 740
  • On ne croit que ceux qui croient en eux

    Par Nicolas Harton

    Je ne sais pas pour vous, mais cette citation me parle beaucoup! On ne croit que ceux qui croient en eux – Talleyrand. Les mots disent ce qu’ils ont à dire, mais si on l’assimile réellement, ça fait réfléchir…

    Il nous est tous déjà arrivé d’assister à une conférence où le présentateur nous a particulièrement marqué, n’est-ce pas? Pourquoi, selon vous? Évidemment, plusieurs éléments peuvent avoir contribué à créer cet effet, mais parlons de l’un d’entre eux.

    Prêcher par l’exemple

    Quand on s’approprie notre message, qu’on l’endosse pleinement et qu’on croit en ce qu’on dit, on part avec une longueur d’avance! Peu importe la suite des choses. C’est donc la base de tout message qui veut atteindre sa cible ; celui qui le livre doit en être entièrement convaincu! Ne cherchez pas à convaincre votre auditoire, soyez tout simplement convaincu. Ça revient en quelque sorte à dire que vous prêchez par l’exemple.

    Prenons un exemple en dehors du contexte de la prise de parole. Si vous souhaitez, par exemple, que votre enfant soit respectueux envers les autres, vous pouvez le lui dire, mais s’il vous voit vous moquer des gens autour de vous, les chances qu’ils vous imite sont plus grandes que celles qu’il fasse ce que vous dites… À ses yeux, vous ne serez pas tout-à-fait crédible. Le meilleur moyen restera toujours celui de donner l’exemple.

    C’est la même chose lorsque vous voulez transmettre un message, une idée et inciter les gens à y adhérer. Si vous souhaitez que votre auditoire soit convaincu de votre message, vous pouvez le dire, mais si vous n’en êtes pas convaincu vous-même, personne ne vous croira… En étant convaincu vous-même de ce que vous dites, vous prêchez par l’exemple et augmentez les chances que les gens vous suivent. 

    Pourquoi faites-vous ce que vous faites?

    Vous êtes-vous déjà posé cette question? Pourquoi vous levez-vous chaque matin pour faire ce que vous faites? Qu’est-ce qui vous anime à le faire? Peut-être êtes-vous animé(e) par le fait d’aider des gens à résoudre leur problème, de diriger une grande entreprise, d’apprendre ou encore de rencontrer des gens?

    Peu importe ce qui vous anime, le fait de l’identifier clairement vous permettra de faire les bons choix. Des choix qui vous mèneront vers des actions qui correspondent à votre mission et qui sont en harmonie avec ce en quoi vous croyez, renforçant ainsi votre propre conviction personnelle.

    Lorsque vous communiquerez, cette conviction vous suivra, et les gens autour de vous la ressentiront. La conviction est un état qui se cultive.

    S’approprier le message 

    Dans notre vie professionnelle, on ne décide pas toujours ce qu’on doit dire. On doit parfois communiquer une décision qui n’a pas été prise par nous à un groupe d’employés ou présenter un rapport dont les constats sont décevants à un comité de direction, par exemple.

    Si on ne décide pas toujours ce qu’on doit dire, on peut néanmoins choisir de le dire ou non. Alors si vous choisissez de le dire, je vous encourage fortement à assumer totalement ce rôle et à vous approprier pleinement le message en question. Quoi de pire que de se faire dire « On m’a dit de dire ça… » ou encore « Je ne sais pas trop pourquoi ils veulent que je vous dise ça, mais je vous le dis… »? Quand on sent que la personne devant nous n’endosse pas le message qu’elle livre, on n’y croit pas, on n’embarque pas, ça ne passe pas! 

    Évidemment, toute cette réflexion provient de ma propre conviction personnelle. En effet, je crois sincèrement que le fait de prendre la parole de façon percutante, en toute confiance, pour livrer un message qui a de l’impact, peut avoir énormément de retombées pour soi et son entreprise. On doit donc se poser la question : « Comment avoir plus d’impact lorsque je prends la parole pour livrer un message? ». Pour moi, le tout premier élément est de prendre conscience de la raison qui nous pousse à faire ce qu’on fait, à dire ce qu’on dit, et d’en être pleinement convaincu.

    Bonne réflexion!

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 756
  • Brillez par votre présence!

    Par Nicolas Harton

    Il y a quelques mois, j’ai eu le plaisir de participer à un dîner réseautage à Québec.

    Comme c’est le cas dans la majorité de ces événements, chaque participant doit présenter son entreprise, ses services, qui il est, et ce, en très peu de temps (souvent une minute!). À mes yeux, cette courte présentation pouvait avoir beaucoup d’impact pour moi et mon entreprise. C’est la raison pour laquelle j’ai pris soin de préparer mon message, tel que nous l’enseignons, Mélissa et moi, dans nos ateliers, nos formations, nos conférences et nos capsules vidéo.  

    Et puis?… 

    Après le dîner, Johanne vient me rencontrer pour discuter avec moi : « Je voulais te dire, Nicolas, que j’ai grandement apprécié ta présentation. Certaines personnes captent notre attention par la force de leur voix. Toi, ta présence qui a capté mon attention.On sentait que tu étais entièrement présent avec nous et que tu nous parlais vraiment. » 

    Merci Johanne, pour ce commentaire qui me touche sincèrement. Parce que c’est tellement important pour moi! Quand je prends la parole pour livrer un message, je veux que ça résonne chez les autres, je veux que les gens à qui je m’adresse sachent que je leur parle véritablement… car c’est ce que je fais! 

    Parlez-leur véritablement

    On nous demande souvent, à Mélissa et à moi : comment fait-on pour dégager de la présence sur une scène ou devant un groupe de personnes? À cela je réponds toujours : assurez-vous de parler véritablement aux gens devant vous et vous brillerez par votre présence! 

    Quand vous faites une présentation en public, quand vous parlez à une seule personne, quand vous vous adressez à la caméra pour donner des conseils ou pour promouvoir votre entreprise, soyez présent à 100% en étant complètement attentif à ceux à qui vous vous adressez. À cet instant précis, faites comme s’il n’y avait qu’eux pour vous. De toute façon, vous ne pouvez pas être ailleurs physiquement, en même temps… Alors profitez-en et offrez toute votre attention à votre auditoire ou à votre interlocuteur. 

    Ayez toujours plus d’impact 

    Si vous souhaitez avoir plus d’impact la prochaine fois que vous aurez à transmettre un message, rappelez-vous intérieurement l’importance d’accorder toute votre attention à votre auditoire. Après votre présentation, posez-vous la question si vous étiez vraiment, et entièrement, présent. Qu’avez-vous remarqué de différent dans votre façon de livrer votre message? Dans votre façon d’être avec les gens?

    Vous êtes l’artiste de votre message, alors brillez!

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 718
  • Prendre la parole? Jamais sans ma boussole!

    Par Nicolas Harton

    Imaginez qu’on vous offre une paire de billets pour partir en croisière. Sur ceux-ci, la date et l’heure du départ sont inscrites, mais pour la destination, rien. « Hmmm…!? » Vous posez la question au capitaine, mais il vous répond : « Je ne sais pas. On verra! » Embarquerez-vous dans son bateau? Peut-être allez-vous préférer rester à la maison ou encore vous procurer des billets pour une croisière dont vous connaissez la destination.

    Et bien, c’est la même chose quand vous prenez la parole. Vous êtes le capitaine de votre message. Si vous ne savez pas où vous allez avec ce message, les gens n’embarqueront pas avec vous, ils ne vous suivront pas. Vous devez donc savoir où vous vous dirigez; vous avez besoin d’une boussole. Votre boussole vous mène vers votre objectif!

    Quel est l’objectif de votre message?

    Vous est-il déjà arrivé de faire une présentation, devant un client, votre équipe de travail ou un groupe de personnes, lors d’un gala, d’une conférence, d’une formation ou d’un événement de réseautage, et d’avoir ensuite l’impression d’avoir perdu votre temps? En affaires, notre temps est précieux! Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous aviez eu cette impression? Peut-être que votre objectif était mal défini ou carrément absent? Pour avoir de l’impact, vous devez connaître votre objectif.

    Souhaitez-vous mobiliser votre équipe de travail pour qu’elle participe à l’un de vos projets? Remercier publiquement un partenaire lors d’un gala pour son aide précieuse? Informer les gens à propos d’un sujet qui vous tient à cœur? Inciter un client potentiel à visiter votre site web ou votre page Facebook? Démontrer à un client comment votre service ou votre produit peut l’aider à résoudre son problème? Bref, sachez pourquoi vous prenez la parole. Cela vous guidera dans la préparation de votre message et vous permettra d’en mesurer réellement la portée.

    Savoir où l’on va pour se sentir bien et avoir de l’impact

    Au printemps 2016, ma partenaire d’affaires Mélissa et moi avons présenté une conférence de 30 minutes dans le cadre d’une foire pour entrepreneurs. Notre objectif était clair : convaincre les entrepreneurs que la prise de parole est un outil de développement des affaires très puissant et qu’il est primordial qu’ils développent leurs aptitudes à prendre la parole en toute confiance. Nous avions également l’objectif d’avoir du plaisir durant cette présentation.

    Notre boussole a bien fonctionné, et nous nous sommes rendus à bon port. Plusieurs personnes sont aussi venues nous rencontrer après la présentation pour nous dire qu’ils avaient eu du plaisir et que nous leur avions donné le goût de prendre la parole plus souvent et de devenir meilleurs à le faire. D’autres sont même devenus nos clients! Wow! Nous ne pouvions demander mieux.

    En somme, notre objectif était clair et les témoignages qui ont suivi nous ont confirmé que notre cible était atteinte. Notre temps a été bien investi et nous avons obtenu l’effet escompté.

    Quand on sait qu’on a atteint l’objectif qu’on s’était fixé, on se sent beaucoup mieux après une présentation. C’est un sentiment d’accomplissement que je vous souhaite de vivre le plus souvent possible.

    Oui, mais… je n’ai aucun problème à « prendre le plancher » et à parler…

    On connaît tous des gens qui n’ont aucun problème à parler d’un peu n’importe quoi pendant des heures. Vous avez peut-être déjà assisté à la conférence d’un tel orateur, ou peut-être connaissez-vous de tels personnages? D’ailleurs, on les appelle affectueusement des « verbeux » ou de « grands parleurs ».

    Certains d’entre eux ont une boussole interne qui fonctionne assez bien, mais d’autres, non! Leur discours n’a ni queue ni tête, on a peine à savoir où ils veulent en venir et, au bout du compte, ils perdent complètement l’intérêt de leurs auditeurs. Ils n’ont ainsi aucun impact, à part celui de faire fuir les gens, puisqu’ils ont l’impression de perdre leur temps… Parler pour parler, c’est une chose, mais parler pour dire quelque chose, c’en est une autre. Et vous, que voulez-vous?

    Enfin, retenez simplement qu’avant de prendre la parole, il est important de connaître l’objectif de votre message. Ainsi, vous vous sentirez beaucoup plus en confiance et votre boussole vous guidera plus aisément dans la transmission de votre message. Le résultat? Plus d’impact et plus de plaisir!

    Donc, la prochaine fois que vous prendrez la parole, pensez à apporter votre boussole. Bon voyage!

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 915
  • 3 trucs pour sortir de votre coquille et parler en public

    Par Nicolas Harton

    Lorsque j’étais jeune, j’étais extrêmement gêné! Je crois que si je vous disais à quel point, vous ne me croiriez pas… À la garderie, j’avais de la difficulté à me mêler aux autres « amis ». Lorsque ma mère m’y laissait, je pleurais pendant 10 minutes. Puis, je restais seul dans mon coin jusqu’à ce qu’elle vienne me chercher. Le petit gars toujours caché derrière les pattes de papa et maman, c’était moi. Mes frères et sœurs pourraient vous le dire.

    Au secondaire, ce n’était pas beaucoup mieux. Je vivais dans un petit village où tout le monde se connaissait et se saluait dans la rue. J’étais tellement gêné que je changeais de trottoir pour éviter de saluer les gens que je croisais. Cette timidité avait beaucoup d’emprise sur ma vie. Imaginez lorsque j’avais à parler en public, je n’en dormais pas la nuit!

    Évidemment, cette timidité est toujours bien enfouie en moi et elle refait surface à l’occasion, mais je suis maintenant mieux outillé pour y faire face. Aujourd’hui, je donne des formations et des conférences sur la prise de parole d’impact! Qui l’aurait cru? Cela dit, ça ne s’est pas fait en criant « lapin ». Voici 3 trucs qui m’ont permis de sortir de ma coquille et de parler en public avec assurance.

    1. Ayez un désir profond de vous améliorer

    Quand on est gêné, tout ce qu’on souhaite, c’est rester dans son coin, ne pas déranger et avoir la paix. En tout cas, c’était comme ça pour moi. Tant que cette situation ne nous cause pas d’inconvénient, aucune raison d’en sortir, pas vrai? Pour moi, la première étape a été de prendre conscience que cette gêne, ce malaise que j’avais à parler devant un groupe de personnes, me limitait énormément dans la vie.

    Vouloir s’en sortir est une chose, mais le vouloir ardemment en est une autre. Dans le deuxième cas, on est prêt à faire n’importe quoi pour y arriver, quitte à sortir de sa zone de confort qui, en passant, est très exiguë quand on souffre de timidité. Je sais de quoi je parle… Alors la première étape, selon moi, est de réaliser qu’il s’agit d’une difficulté et de souhaiter ardemment la surmonter. Ainsi, on est prêt à affronter la situation

    2. Testez la scène

    Appelez-la comme vous voulez, la scène, la tribune, le plancher, le plateau. Mettez-vous au défi de vivre l’expérience de parler devant un groupe de personnes. Et les occasions sont nombreuses : party de famille, rencontre d’équipe au travail, soirée de réseautage, pièce de théâtre, etc.

    C’est au théâtre que j’ai découvert le bonheur de prendre la parole devant un public. Pour moi, la scène était l’endroit de tous les possibles. Je pouvais carrément y faire tout ce que je voulais sans crainte de me faire juger. Pourquoi? Parce que ce n’était pas moi qui parlais, mais mon personnage. Honnêtement, le théâtre m’a transformé. L’apprentissage du métier d’acteur m’a permis d’explorer qui je suis, de sortir de ma coquille, de m’ouvrir au monde et de gagner en confiance. Au théâtre, j’ai également appris à mesurer mes gestes et ma voix, à adopter une posture scénique qui donne de la présence à incarner des intentions.

    Personnellement, je recommanderais à tous ceux qui sont timides de faire du théâtre au moins une fois dans leur vie. Mais si le théâtre ne vous attire pas, il y a plein d’autres occasions de « tester la scène ». Pourquoi ne pas vous inscrire à un club Toastmasters par exemple? Il y en a partout au Québec. Il s’agit d’un contexte idéal pour parler régulièrement en public et ainsi apprivoiser la scène.

    3. Préparez-vous!

    L’une des plus importantes leçons que la vie m’a apprises est que le meilleur moyen d’échouer au moment de prendre la parole en public est de ne pas être préparé. Voici quelques façons très simples de vous préparer et d’augmenter ainsi vos chances de parler en public avec plus d’assurance.

    Déterminez votre intention. Qu’est-ce qui vous amène à prendre la parole dans ce contexte et qu’est-ce que vous souhaitez transmettre à travers votre message?
    Ayez un plan, aussi simple soit-il. À qui vous adresserez-vous? De quoi allez-vous leur parler? Que voulez-vous que l’on retienne de votre message?

    Pratiquez-vous. N’apprenez pas votre message par cœur, mais ayez votre plan en tête. Allez-y naturellement, avec votre vocabulaire habituel, et répétez à voix haute, plusieurs fois. Vous n’avez pas à dire toujours la même chose, ça rendra votre message plus naturel et plus vivant.

    Au cours des 30 dernières années, j’ai beaucoup évolué. Alors que j’étais ce jeune garçon si timide, je suis aujourd’hui un communicateur qui s’adresse à des groupes presque quotidiennement! J’aimerais vraiment que mon expérience vous aide à découvrir votre profil de communicateur et à oser prendre la parole en public pour propulser votre message. Allez-y, osez!

    logo_communication-futee_LaBulle_blanc_medium

    Vous voulez prendre la parole avec impact et vous démarquer? On partage nos meilleures astuces avec vous!

    Read More
    0 970